InPACT, Initiative pour le partage culturel

Fond de donation

Retour Contact
juin 2016 Peuple et Culture Marseille

“ Le monde de biais ”

Marseille - PACA

Au cours d’un processus d’écriture proposé par Nicolas Tardy au CMP Saint Louis et l’association Arborescence, un travail d’observation du monde et de description de l’environnement avaient conduit à l’autoportrait, la notion de point de vue comme continuum.Dans la continuité de cette première proposition, Le Monde de biais, proposé par Amandine Tamayo, engage ces participants dans la conception d’un manuel littéraire. Le processus s’étend sur plusieurs mois, rythmé par des séances d’ateliers, les uns réguliers (hebdomadaires ou bimensuels), les autres concentrés pendant les vacances scolaires. Des artistes ­­— écrivain, vidéaste, illustrateur — sont invités à proposer à deux groupes d’habitants du quartier de créer des contenus artistiques pour alimenter le livre numérique.

En partant de l’observation des habitudes, du quotidien, le groupe tente de les redécouvrir grâce au langage, de les mettre en mots. L’atelier d’écriture permet à chacun de nommer les choses autant que de percevoir leur statut symbolique. L’écriture est un moyen de renouer avec le plaisir de l’évocation, l’expression d’un ressenti à travers une histoire.

Grâce à ce déplacement du regard et des questions qui surgissent, le groupe invente des mondes imaginaires. Cet ailleurs s’ouvre à la rêverie, à la réflexion, un lointain qui permet de prendre du recul et de regarder le monde autrement.

Qu’est-ce qui constitue une civilisation ? Comment vivons-nous et sur quoi reposent notre monde et nos références ? Ce processus questionne l’altérité et propose une réflexion sur l’histoire des hommes, interroge la notion de culture, sa naissance et son évolution.

Cette création littéraire numérique collective est structurée par une dramaturgie ouverte, encline à favoriser des lectures différentes, à l’exploration. Cette dramaturgie est pensée avec le groupe : on imagine le lecteur-explorateur à qui l’on propose des parcours, l’incitant à choisir de cliquer à tel endroit plutôt qu’à un autre.

Mettant en jeu l’écriture et la langue, cet objet multimédia littéraire (son, image, écritures hybrides) innovant et expérimental se présente comme un assemblage de matériaux composites mêlant plusieurs niveaux et construisant une narration : le manuel littéraire.

Les résidences d’auteur permettent de créer petit à petit un monde imaginaire et de construire des fictions qui se déroulent dans cet univers.

Chaque atelier artistique permet de développer un aspect visuel ou sonore venant nourrir à la fois la fiction et l’objet numérique – chacun explorant des techniques et des formes différentes.

Les ateliers de création sonore ont débuté avec la musicienne Isotta Trastevere, l’idée étant que le son n’est pas juste une illustration du monde en place mais bien un élément essentiel permettant de plonger de manière sensible dans la narration.
Aussi les participants partent de leur ressenti pour aller ensuite vers le son. Le premier atelier a permis de se focaliser sur la mer, qui prend une place importante. A l’aide d’un dispositif (capteurs, instruments trafiqués, micro, boîte à rythmes…), les participants ont proposé plusieurs versions de cette mer calme, déchaînée, joyeuse…

Un parcours culturel est également mis en place : visite d’expositions en lien avec les thématiques appréhendées, rencontre avec des auteurs invités par l’association… Des rendez-vous, restitutions publiques, seront donnés dans des lieux emblématiques du territoire afin de permettre une ouverture aux habitants (jardins publics, centre social, etc.)

Extrait de Ce Monde est un être vivant, œuvre issue des ateliers d’écriture :

« Ce monde est constitué d’une Grande île. C’est un dragon, Irdéun. Les  écailles d’Irdéun bougent, respirent, et  se soulèvent. Elles sont rouges, elles sont brillantes. Le dragon respire. Son souffle anime le monde. Le dragon sent le Monde et fait le Monde en fonction de ce qu’il sent. »

De juillet 2016 à juillet 2017

Avec deux groupes de 15 jeunes en formation et un groupe de 15 habitants du quartier