InPACT, Initiative pour le partage culturel

Fond de donation

Retour Contact
octobre 2014 Compagnie Kat'chaça

“ Ma cabine est ta cabine ”

Villeurbanne - Rhône-Alpes

​La Compagnie Kat’chaça bâtit une démarche où s’expérimentent de nouvelles relations entre l’art, un territoire et sa population. Cette démarche suppose une immersion de la compagnie dans un territoire et un travail approfondi qui participent à l’élaboration du projet. Dans la conception de démocratie culturelle qu’elle défend, la Compagnie intègre la population dans l’élaboration du projet, qui est le fruit d’un réel échange.

Ma cabine est ta cabine s’est inscrit dans le cadre du partenariat de la compagnie avec le lieu Toï Toï Le Zinc, à Villeurbanne. Cette création partagée s’est construite sur la question de la frontière, vaste sujet qui occupe la chorégraphe Natacha Paquignon depuis plusieurs années. En s’inspirant des FabLab, tant pour leur dimension de partage, de transmission de savoirs et de savoir-faire, que pour leur dimension technique, la création s’est établie sur un dispositif numérique interactif réagissant aux mouvements des danseurs. Ma cabine est ta cabine avait pour objectif de créer un spectacle de danse et d’arts numériques pour deux danseuses professionnelles et des danseurs non professionnels. 

Trois groupes de personnes ont été invités à la création : un groupe d’adultes liés à Toï Toï Le Zinc et intéressés par la notion de la frontière, un groupe d’adultes porteurs de handicap du foyer APAJH Le Pré Vert et un groupe de la Maison d’Hestia, maison médicalisée prenant en charge des personnes atteintes de maladies chroniques. 

Le dispositif numérique était composé de 3 cabines, 3 petits territoires ouvrant un espace de dialogue. Les danseurs passant d’une cabine à l’autre comme s’ils visitaient des petits mondes différents aux frontières différentes. L’espace frontière entre les cabines favorisait les déplacements en devenant un important espace de jeu. 

Les voix des participants composaient la matière sonore principale de la pièce. 

Après une lente sensibilisation au projet pendant les mois de septembre et octobre 2014, des présentations publiques d’étapes de travail du spectacleCabines, on a peu à peu constitué les groupes de travail. De novembre 2014 à février 2015, chaque groupe a pu entrer en création. La pièce s’est construite autour d’un travail ‘écriture et d’aller-retour entre la chorégraphe et les participants, travail basé sur les témoignages recueillis à la fin de l’été et d’une réflexion sur la scénographie et des ateliers chorégraphiques. Les rencontres collectives ont pu être le lieu du partage et de la confrontation des points de vue. Lors d’une résidence à l’espace Tonkin en mars 2015, la Compagnie s’est installée pendant 10 jours pour mettre en oeuvre l’écriture numérique et réunir les trois groupes jusqu’alors séparés. Rencontres entre danseurs, rencontre avec les cabines. Les répétitions se sont étirées d’avril à juin 2015 réunissant souvent les trois groupes.

L’écriture du spectacle laissait la place à une réelle interprétation des danseurs, chaque scène étant ouverte à une implication individuelle forte. Un seul tableau était complètement écrit, chorégraphie interprétée à l’unisson par le groupe. Le dispositif numérique favorisait la création spontanée grâce à l’image ou au son créés par les corps en mouvement. Les danseurs réalisaient un parcours qui les menaient successivement à traverser chaque cabine. 

Le spectacle a été présenté dans la Salle de Toï Toï le Zinc les 7 et 8 juillet 2015 devant une cinquantaine de personnes à la générale, puis un public de 110 personnes pour la première. 

La démarche entreprise par la Compagnie entend s’inscrire dans la durée et dès septembre 2015, le projet a été suivi de temps d’improvisations collectives, les Confitures de Toi Toï et des rendez-vous trimestriels, les apéros scientifiques et artistiques à Toï Toï le Zinc. La démarche de co-création entend se prolonger dans la durée. 

De juillet 2014-juin 2015

Groupes d’habitants de Villeurbanne (une attention particulière est apportée pour les quartiers des Buers, Croix Luizet, Grand Clément et la Doua)